Livre d'or


 
Commentaires : 55
  • #55

    Joelle (lundi, 16 octobre 2017 00:26)

    Bouleversée par autant d'authenticité. Magnifique. Les mots sont livrés par le vent de la Hague et c'est juste beau.

  • #54

    Antoine Gaultier (mardi, 23 mai 2017 12:36)

    Bonjour,
    J'ai découvert Paul Badel grace à vous et je vous en remercie infiniment
    Quel plaisir de le retrouver dans votre dernier livre !!
    J'ai une question, croyez-vous que l'on puisse encore aller lui dire bonjour ?
    Je voulais aller lui rendre une petite visite cet été
    Merci pour votre réponse
    Bien à vous
    Antoine Gaultier

  • #53

    Vétois Laure (lundi, 06 mars 2017 18:49)

    Bonjour Catherine, j'ai adoré votre livre "Mémoires d'un rebouteux breton". Et je découvre par là même votre talent de biographe.
    Il est un homme à qui j'achète régulièrement la cuisine asiatique confectionnée par sa vieille si vielle mère, qu'il vend dans sa mini camionnette jaune vif. Depuis le temps que nous palabrons ... chaque marché à dire vrai, puisqu'il ne vend que sur les marchés du 01 et du 74, j’apprends que lui et les siens sont des boat people, qu'il en a perdu plusieurs en mer, qu'il a passé plus de la moitié de sa vie allongé sans pouvoir se lever puisque atteint d'une grave maladie orpheline. Un jour, il s'est levé, bien que meurtri par la douleur, et voilà ... Comme il me touche cet homme raide comme un piquet, vaillant dans sa mini boutique roulante.
    L'histoire est longue, je lui dis que lorsque je serai à la retraite je l'écrirai tant elle me touche....
    Puis je vous lis et me dis que vous ferez mieux, beaucoup mieux que moi.
    Qu'en dites-vous ? laurevetois@yahoo.fr

  • #52

    Amélie (lundi, 20 juin 2016 15:23)

    Bonjour Madame,
    Je viens de lire (ou plutôt de dévorer) avec passion votre livre "Mémoires d'un rebouteux breton"...Quel plaisir de découvrir cet homme "guérisseur" avec ce cœur en or si généreux, une personne vraie et attachante !
    Au plaisir de vous lire !

  • #51

    eleves (lundi, 23 mai 2016 19:45)

    Bonjour,
    SI l'ont écrient dans ce livre d'or aujourd'hui c'est pour montrée la fierté que nous avons à vos lecteurs de vous avoir comme enseignante. Aussi bonne écrivain que professeur, toujours de bonne humeur. C'est important que votre public lecteur sache que vous êtes très bonne professeur, toujours avec sourire, humour... ou pas, mais toujours cette instinct de maman que vous nous faites partager a nous vos élèves. Vous êtes remarquable et c'est avec fierté que nous apprenons la matière que vous enseigner avec vous.

    Vos élèves.

  • #50

    Florence Manfé (mardi, 12 janvier 2016 13:19)

    Bonjour Catherine, j'aime beaucoup votre site et les photos qu'il comprend.
    C'était il y a quelques années, je venais d'arriver à Barneville-Carterets, en vacances dans ce bel hôtel-restaurant tout blanc qui regarde les bateaux. Je cherchais une maison de la presse pour y acheter des cartes postales, et j'ai trouvé un petit magasin, mi-librairie, mi-bazar comme on en trouve heureusement encore. Et là, j'ai découvert la couverture de "Paul dans sa vie". Je l'ai acheté sans le feuilleter, car je sentais qu'il allait me plaire. Ce fut le cas : je l'ai dévoré en quelques heures et ses mots ont habité ma semaine de vacances, ainsi que les jours qui ont suivi.
    Depuis, j'ai fait du Cotentin la région où j'aime à aller marcher et découvrir tout ce qu'il n'y a pas là où je vis. Ma "nouvelle vie" m'emmène très souvent à Caen où vit celui qui m'accompagne désormais. Ensemble, nous sommes allés à Auderville, au Nez de Jobourg, à Omonville la Rogue et la Petite, nous sommes restés sans voix devant la baie d'Encalgrain et avons savouré les rillettes de l'abbaye de Briquebec.
    Récemment j'ai découvert Cherbourg, quelques jours avant Noël, pendant que Lionel avait un rendez-vous professionnel. J'y ai acheté ma nouvelle crèche ! L'ancienne, comme tout ce qui faisait ma vie matérielle et mes chers livres, a été détruite par un incendie en juillet dernier, à Besançon. J'avais raison de ne pas aimer cette ville où sont pourtant nés Victor Hugo et les frères Lumière...
    Lionel est Caennais d'adoption mais Breton de naissance ; nous essayerons d'être à Quimper en mai prochain et aurons le plaisir de vous y rencontrer j'espère !
    Avec mon amitié confraternelle et tous mes remerciements pour les lectures que vous nous offrez.
    Florence

  • #49

    RAYBAUD Denise (vendredi, 20 juin 2014 16:26)

    Bonjour Madame,
    Quel régal de vous lire! qu'elle vérité dite simplement, j'aurai voulu que le livre ne s'arrête pas.
    Je souhaiterai vous demander conseil, car je me sens le devoir d'écrire ma vie que je nomme FRANCO BOCHE j'ai 62 ans et souhaiterai transmettre ce qu'a été ma vie. Je reste disponible pour vous. Cordialement

  • #48

    Alain et Doudou (samedi, 18 mai 2013 00:16)

    Je ne pouvais pas passer sur ton livre d'or sans y laisser le commentaire qui te correspond le mieux : " Catherine, une femme authentique, sincère, nature et vraie et lorsqu'on croise ton regard, une joie de vivre incommensurable qui se dessine sur ton visage, avide de nouvelles aventures et histoires à nous raconter. Le horsain que je suis a été frappé par ton authenticité et le rayonnement naturel que tu dégages autour de toi. Nous avons passé quelques moments courts mais fabuleux ensemble ( notamment avec Paul !). malgré ton éloignement, tu demeures encore une authentique Haguaise. Nous t'avons aussi trouvé très drôle et nous ne pouvons te souhaiter encore que le succès et le bonheur que tu mérites amplement. Continue encore longtemps à nous transporter dans des histoires captivantes. grosses bises de Doudou et Alain Guitare du Limousin.

  • #47

    Billier christophe (dimanche, 21 avril 2013 10:04)

    Il m'a été confier le livre les marais du père Yvon ,je doit dire que j'ai été à la fois surpris et non par la lecture de cette biographie .Je connais la difficulté de ce métier car mon père la pratiquer ,Monsieur David est un grand homme (malgré sa taille).,d'un courage , d'une volonté ,la faculté à adapter ses bateaux J'ai eu l'occasion de connaitre se monsieur , mais les diffèrent familiaux ont fait que ,j'ai peu connu cet homme .Sa soif de réussite et de gain à certainement contribuer à tous ça .Sa conclusion est une évidence ,qui peu se reporter également à l'automobile, agriculture et j'en passe .

  • #46

    Digullevillaise (lundi, 25 mars 2013 21:40)

    Bonjour
    Je tenais à vous envoyer un petit mot pour vous dire que j'aime vraiment beaucoup vos livres vous rendez tellement beaux et attachants les personnes et les paysages que vous décrivez.J'habite à Digulleville je suis lorraine et je suis ici depuis aout je suis tombée amoureuse de la Hague et c'est formidable de lire quelqu'un qui décrit parfaitement ce que l'on peut ressentir les couleurs la lumiere la force sauvage et l'apaisement que la mer peut apporter.Merci à vous et qui sait peut etre qu'un jour on se rencontrera. Cordialement

  • #45

    Sylvie (mercredi, 16 janvier 2013 09:15)

    Merci pour cette magnifique lecture, je viens de terminer votre livre ´L'enfant loup de Blanche ´ , ce livre ne peut que toucher! Je l'ai termine hier soir et mon esprit en est encore imprégné...difficile de commencer une autre lecture après celle-là!
    Bien à vous

  • #44

    lefort-villain nelly (vendredi, 28 décembre 2012 11:45)

    Bonjour,
    Message à expédier à Mr Arsène LEPOITTEVIN pour son anniversaire aujourd'hui (90ans) .Je viens de lire son livre et je dis merci Monsieur, , vous m'avez ému par votre courage pour sauver la FRANCE
    BON ANNIVERSAIRE
    Nelly Lefort-Villain

  • #43

    Cesbron (mercredi, 14 novembre 2012 19:21)

    merci beaucoup de nous faire vivre l'histoire de se rebouteux Breton,c'est la première fois que je vous lie,j'ai beaucoup aimer et dévorer cette lecture.Bien amicalement Catherine

  • #42

    Carole (mercredi, 10 octobre 2012 12:34)

    Bonjour,

    Je voudrais vivement vous remercier d'avoir écrit Mimi Guillam, cahier de vie d'une institutrice. Je suis moi-même professeur des écoles en Bretagne, et ce livre m'a fait tant de bien au moral. Mon rêve serait un jour de pouvoir rencontrer Mme Emilienne Guillam pour de vrai. Pensez-vous que cela soit-possible?

  • #41

    François (samedi, 01 septembre 2012 11:44)

    Mais si Agnès, c'est Ecalgrain mais non pas prise des hauteurs en venant d'Auderville mais prise du Culeron, c'est à dire de l'autre côté par un petit chemin à pied en venant du nez de Jobourg par le sentier des douaniers.

  • #40

    Agnès (samedi, 01 septembre 2012 04:54)

    Mais ce n'est pas Ecalgrain, sur la photo légendée telle!

  • #39

    Cécile (mercredi, 22 août 2012 15:51)

    Bonjour,
    j'ai ressenti un grand plaisir à la lecture du livre "Testament d'un paysan en voie de disparition", ce livre se lit comme on regarderait un documentaire, on a réellement l'impression d'avoir Paul face à nous, c'est impressionnant. MERCI!

  • #38

    laurent aupied (mardi, 03 juillet 2012 19:06)

    merci pour ce merveilleux livre qui sonne le vrai


    memoire d un rebouteux breton

  • #37

    Muriel TH (vendredi, 03 février 2012 12:44)

    J'ai lu vos 2 livres sur M BEDEL !!
    Quelle merveille! Enfin de l'authenticité, du naturel!!!
    Et M. BEDEL !!! Quel personnage: ouvert, courtois, PASSIONNANT!!! 1 rencontre faite l'été 2010 à Auderville, que je ne suis pas prête à oublier! M Bedel nous réconcilie avec la nature humaine et nous montre 1 chemin de vie que nous ferions bien de suivre!!!

  • #36

    Armel Joubert des Ouches (lundi, 30 janvier 2012 20:35)

    J'ai connu Catherine lors d'un reportage, je travaillais alors pour une télévision française. Je l'ai interviewé. Nous avons échangé. Je n'ai rien oublié de cette rencontre. Catherine est une femme authentique, simple, vraie, sans fioritures, ni artifice. Une femme sincère. Elle est aussi intarissable et ... incroyablement drôle, pour ceux et celles qui la connaissent vraiment. Nous ne pouvons que lui souhaiter le succès qu'elle mérite. Mais qu'elle rencontre déjà. Avec toute mon amitié.
    Armel Joubert des Ouches

  • #35

    Marc-Olivier Parlatano (mercredi, 14 décembre 2011 16:05)

    J'ai terminé hier soir Les Bergers blancs. J'ai beaucoup aimé ce livre. Je ne connaissais rien des environs du cap de La Hague (j'habite en Suisse romande) et vous redonnez vie à toute une histoire locale, loin de la grande Histoire, à travers cette saga.

  • #34

    ève (mercredi, 14 décembre 2011 13:44)

    Je viens de lire "Mimi Guillam..." Un joli voyage! Enseignante moi-même, j'y ai trouvé un souffle, une petite voix positive pour continuer son chemin dans ce métier pas toujours facile mais plein de grands et petits bonheurs.
    Un grand merci!

  • #33

    Philipine Marchand (mardi, 29 novembre 2011 17:38)

    Bonjour, j'espère que Léo, des Bergers Blancs va nous revenir le plus vite possible, dans votre diable terre que vous annoncez déjà, car vraiment j'ai adoré votre livre. Je vais venir vous voir à Granville en dédicace le 17 décembre, je vais vous demander plusieurs signatures, chacun de mes enfants aura son paquet. Merci Catherine, Merci pour ce livre Mystérieux, qui ne me quitte pas depuis sa lecture.

  • #32

    did (vendredi, 27 mai 2011 08:57)

    "Pisser face au soleil et péter dans le vent,
    C'est de la liberté la vérité première,
    Car en cambrant les reins en plein dans la lumière
    Et pour guider le jet arrondissant la main,
    On se trouve faraud parmi tous les humains.
    Hypocrite bourgeois qui te voiles la face,
    Regarde donc un peu un homme de ta race
    Pisser face au soleil et péter dans le vent
    Avant de se coucher et puis en se levant.

    Pisser face au soleil et péter dans le vent
    A toujours ébloui mon âme libertaire,
    Voulant directement remettre à notre terre
    De son vin généreux le pauvre résidu.
    Je sais que l'on prétend que je n'aurais pas dû,
    Et la bigote outrée, horrifiée et hagarde,
    Ne croit pas que son Dieu, qui pourtant me regarde,
    Doit se frotter les mains en me voyant souvent
    Pisser face au soleil et péter dans le vent.

    Pisser face au soleil et péter dans le vent,
    Je sais que l'on admet, sur notre terre ingrate,
    Que le malheureux chien puisse lever la patte
    Et que le ruminant, créant tout un ruisseau,
    N'a jamais pu troubler vos cervelles de sots.
    Vous détournez les yeux pendant que je vidange,
    Mais vous froncez le nez car ça sent la vendange,
    Quand je pisse au soleil et pète dans le vent.
    Des sujets féminins s'en vont tout en rêvant ...

    Pisser face au soleil et péter dans le vent,
    Vous qui vivez serrés un peu comme des moules,
    Cet acte merveilleux vous fait tourner la boule.
    La morale et la loi pourtant vous ont traqués
    Et, croyant vivre heureux, vous vous êtes parqués.
    Vous pouvez bien, les gars, gagner de la galette,
    En avoir, après tout, une pleine mallette.
    Il n'est qu'un homme au monde, et c'est le paysan,
    Pour pisser face au soleil et péter dans le vent.

    Pisser face au soleil et péter dans le vent,
    Avant que le grand froid ait gagné mes vertèbres,
    Que mon âme ait sombré dans les grandes ténèbres,
    Que tout soit effacé, qu'il ne reste plus rien,
    Que l'on dise partout: « Ce n'était qu'un vaurien. »
    Je voudrais demander à cette providence
    De bien me soulager à la même cadence,
    De pouvoir chaque jour, et ça pendant longtemps,
    Pisser face au soleil et péter dans le vent."
    Jules Fortuné, poète-paysan poitevin.

  • #31

    gouery annick (samedi, 21 mai 2011 20:15)

    Je viens de terminer votre dernier livre avec un pincement au coeur et quelques larmes car cela me rappelle mon enfance à la campagne chez ma grand mère tout près de la forêt de Brocéliande dans les années 1950/1960.A l'époque un puits et un four commun pour les habitants du hameau ,l'électricité n'est arrivée que vers 1962,aussi j'ai connu la lampe à pétrole.La ferme était petite 7hectares en location ,la traite à la main de quelques vaches,3à4 cochons;1 cheval appelé Champagne etc...Ce livre après le film me ramène aux belles années de ma jeunesse qui m'ont marqués définitivement pour la vie,d'ailleurs les personnes agées que je rencontre sont très étonnées de tous mes souvenirs.Je résides en Bretagne près de Rennes et j'espère vous renconter lors de votre passage à Chatillon en Vendelais .Je vais souvent dans la Manche qui est un département qui à beaucoup de charme,des paysages variés et beaucoup de nature intacte.Je pourrai vous raconter beaucoup de choses encore tant je suis touchée par la vie de Mr Bedel et merci à Mme Boivin d'avoir transcris .Annick Gouery 61 ans

  • #30

    wosala francois (mercredi, 27 avril 2011 19:02)

    je viens de revoir le dvd avec mon grand pere qui lui a travailler comme Paul et ses soeurs il a verser quelque gouttes de larmes.
    MERCI a Paul et ses soeur.

  • #29

    Estelle (mercredi, 13 avril 2011 20:13)

    Bonjour,

    Quel plaisir de lire votre livre, que mon Chéri m'a offert ! Moi qui ne trouve pas vraiment ma place dans cette société de consommation et de stress (j'ai 44 ans), moi qui pense avec nostalgie à ma grand-mère, je me réfugie dans votre livre ! Au moins, là, je me sens moins seule!

    Amitiés.

  • #28

    Mme Cornara Claude Paris (mardi, 01 mars 2011 17:54)

    J'ai eu le bonheur de vous rencontrer avec mon amie Françoise qui habite à URVILLE-NACQUEVILLE, en septembre 2008, lors d'un voyage en normandie et vous avez eu la gentillesse de nous inviter à boire chez vous. Je viens de revoir le DVD de votre vie qui m'a encore émue. Je vais acheter votre livre "testament d'un paysan en voie de disparition. quel belle exemple de vie,quel courage. Merci de tout coeur.

  • #27

    lemaire (dimanche, 27 février 2011 22:16)

    je viens de regarder le dvd pour la deuxième fois, cela m'a d'autantplus touché que je viens de travailler sur une exposition sur l'agriculture au XIXes jusqu'à l'apparition du tracteur, à voir à l'Historial de la Vendée.Merci à Paul et ses soeurs.

  • #26

    Schumacher Sylvette (lundi, 31 janvier 2011 12:50)

    J'ai adoré lire votre livre Témoignage.
    Tout en simplicité, les vaches qui sont belles car elles mangent des fleurs, la vraie vie sans se la compliquer, avec les vraies valeurs perdues. ET MR Paul si marrant dans ses façons de parler. J'ai passé un momment formidable à vous lire. J'aurais adoré avoir un tel grand père. Continuez à raconter votre vie à tout le monde mais surtout à la jeunesse actuelle. Merci Monsieur Paul.

  • #25

    Cyril (dimanche, 26 décembre 2010 01:04)

    Bonjour Paul,

    J'avais entendu parler de Paul dans sa vie. Je viens de regarder le Dvd chez mes parents, en ce soir de Noël.

    Nous avons été très touchés. Un très beau moment.

    Cyril, de Rouen (Originaire de Granville).

  • #24

    Un NATIF (lundi, 06 décembre 2010 17:50)

    Expression rédigée en phonétique locale, patois tcheu nous pour vous
    Boujou M'sieu Paul BEDEL,
    Sha fé du bi d'vous vés shur Internet,
    créyez mé, j'vous é diéti et sha ma fé bi du ma,
    créyés mé, d'vous vés, ma fé revni bi ds'ans en arir, aveu le gvas, la thiarue, la fourk très dés,
    et l'bouon beer pou t'ni la journoo
    bi du, bi du, en 1955, prés tcheu vos, (didjulvil, romonville, St germa dé vios)
    tou ptio, vakes, vios, berkas, tcharete m'ont fé decouvri le ma à s'doni pou mougi

    Bravos et milles compliments d avoir conservé et préservé l image du paysan, ce nourricier
    de peuples, qui toujours est en labeurs et ouvrages incessants, le jour aux champs, le soir la traite,
    la nuit dans l étable auprès des, brebis, truies, vaches vêlantes,
    Le paysan mérite largement de très hautes considérations qui lui sont indéniablement dévolues,
    il nourrit les semblables de son espèce ainsi que celle du monde animal collaborant à
    sa finalité de nourricier, sans lui …?
    Bien à vous Monsieur BADEL, résistances pour la terre de la Hague, longue vie,
    très longue vie, ainsi qu'aux sœurs, Françoise et Marie Jeanne, fermières participantes à cette dureté qu est une ferme.

  • #23

    pottier richard (mercredi, 17 novembre 2010 11:01)

    bonjour grand fan de paul bedel et de catherine ecole boivin , pouvez vous m 'envoyer 2 photos dédicacées pour richard avec dessus un petit mots merci d 'avance je conte sur vous bisous . mon adresse : monsieur pottier richard 106 ,rue de christchurch 500000 saint -lo . gros bisous envoyer moi tout sa trés vite merci.

  • #22

    BernardeStLo (samedi, 23 octobre 2010 11:23)

    Bonjour Paul, J'ai lu "Testa...... ,et le moins que l'on puisse dire...c'est que j'ai été "marqué",par la lecture de votre livre !!!et comme l'écrit trés justement Mireille Pichard du 30 Avril 2010,"Vos paroles pleines de sagesses,de bons sens,de poésis ...j'ajouterai l'hummour!!!en plus.En étant "Manchot"(d'adoption...depuis 1985),il m'est agréable de penser,que je puisse,un jour ,faire connaissance de Paul !!! je ne dis pas "que... ce serais le plus beau jour de ma Vie"Mais !!!que je sortirai "encore plus Grand"(déja 1,95)de cette rencontre.Paul,recevez mes sincéres Amitiés!!!Bernard

  • #21

    Ilyina Marina (mercredi, 13 octobre 2010 21:47)

    Bonjour Paul,

    Je suis en train de lire le livre "Testament d'un paysan en voie de disparition" et je suis émerveillée!

    La simplicité,la nature, le respect ça manque beacoup dans la vie d'aujourd'hui.
    Je ne suis d'origine fraiçase( je viens du bord de La Mer Noire) mais les valeurs dont vous parlez sont universelles.Vous me rappeller mon grand père qui j'aime beaucoup.

    Merci pour tout ce que vous faites!

    Cordialement, Marina de Sébastopol (mainetent de Marseille).

  • #20

    didier des landes (jeudi, 19 août 2010 23:04)

    bonjour paul, nous vous avons rencontrées par hazard, un jour d,aout le 3 ou 4 aout 2010,nous passions nos vacances en normandie en camping-car, et arriver à auderville ,en remontant par la chasse au douanier, nous vous avons trouvé au jardin à genoux, comme nous aimons bien parler avec les gens que nous rencontrons, et particulièrement avec les habitants du "pays",
    ma femme et moi ,nous sommes trés contants de vous avoir rencontré,sans connaitre votre notoriété,pour nous vous étiez un paysans,ces hommes que aimons bien;Le lendemain de notre rencontre nous voulions vous revoir ,mais hélas, pas de paul au jardin,la porte de votre maison étais ouverte ,mais nous avons décidés de ne pas vous déranger, encore ,merci de ces quelques mots échangés ,nous souhaitons vous revoir et revoir votre "pays" qui est le votre ,merci paul et à bientôt

  • #19

    Bedou (dimanche, 09 mai 2010 18:15)

    jaie devorer le livre de paul et surtout le cd de merveilleux paysage, un homme ce Paul Bedel ca ma super emut et moi qui suis petite fille de paysan et connait bien le nez de jobourg la pointe de la hague je vois Paul Bedel dans son champs avec ces vaches une vie simple dur mais la vrai vie bravo Paul Bedel vous donnez une bonne lecon de vie a tous sylvie du 18

  • #18

    Pichard Mireille (vendredi, 30 avril 2010 11:20)

    J'ai beaucoup aimé le film qui vous montrait dans votre vie.
    j'aime encore plus vos paroles pleines de sagesse, de bons sens et de poésie.
    Une petite fille de paysans !
    Mireille

  • #17

    Fabien du 18 (samedi, 20 mars 2010 19:02)

    Salut Paul,

    Je suis content d'avoir pu taper la discut' avec toi, tu es encore plus sympa et plus marrant en réel que dans le film ou les bouquins, toujours le mot pour rire. J'espère que les soeurs ont aimé les Forestines. Si oui, dis-le moi, je vous en rapporterais d'autres cet été quand je reviendrais dans "mon pays". J'en profiterais pour récupérer la photo du bébé que j'avais laissée dans le paquet par erreur.
    Merci Catherine pour vos beaux livres, et pour nous avoir fait connaitre Paul et sa famille. (et si vous pouviez transmettre le message à Paul, ça serait sympa. Merci d'avance).

    Fabien, un bas-normand né par erreur dans le Berry.

  • #16

    Laurent Xavier (lundi, 15 mars 2010 16:28)

    Bon anniversaire Paul,

    Je t'ai écouté ce matin sur France Bleu Cotentin avec une certaine Catherine comme invité également.
    C'était formidable. Tu ne changes pas.
    Alors comme ça tu as fêté ton premier anniversaire.
    J'espère qu'il y en aura encore beaucoup d'autres et comme tu dis, tant que tu as encore mal aux dents, c'est bon signe.
    A la prochaine,

    Xavier

  • #15

    Mado (mardi, 09 février 2010 14:34)

    J'ai fait comme les anciens.Quand on voit le film ayant trait
    à ta vie,je me dis :Paul, mes racines me font mal.
    "Dans le temps il y avait de la neige en hiver".le sen s de ta vie au
    rythme des saisons,te donne une assise phénomènale.Comment ne pas
    t'envier,si sur de toi,de tes choix.il faut te voir vivre,pour dire avec
    toi"le moderne c'est beau mais ça tue l'homme.J'ai révé et réve
    encore d'une communion avec la terre et la nature.Mon inconscient garde
    encore en mémoire cette faculté.Tu l'as fait et l'a prouvé "Yes we
    can"

  • #14

    Maryse J née C (vendredi, 08 janvier 2010 11:28)

    Merci très Cher Paul de ce savoureux moment passé avec vous lundi dernier. Je m'attendais à un homme timide et j'ai été bluffée par votre charisme et votre facilité de nous "mettre en boîte". Après avoir vu Paul dans sa vie, je voulais connaître Paul dans sa vraie vie et j'ai été conquise. Votre région engendre le bien être. On en oublie cette usine campée près de chez vous. Je comprends maintenant pourquoi vous avez choisi cette vie et regrette de ne pas en avoir fait autant ! Parisienne depuis plus de vingt ans je regrette ma Normandie natale. Le métier que vous avez fait n'est pas facile mais c'est peut-être le plus beau. En fait, tous les métiers sont dans vos mains : un "paysan" doit savoir tout faire et vous savez tout faire !
    Je suis fière d'être une fille fille d'agriculteurs et sais le rappeler à tous ceux qui les critiquent sans connaître ! Ah, ces "Parigots" ! Je les verrais bien au "cul d'une vache" pour mettre au monde un petit veau !

    Merci encore Paul pour ce moment de bonheur. Au plaisir de vous revoir car je reviendrai !
    Bien à vous.

    Et un grand bravo à Catherine pour vos mémoires qui reflettent bien votre vie, qui comme vous le dites "sans descendance" mais qui vous a fait des petits avec vos livres qui seront là pour de longues années encore !

  • #13

    Martine Fath (samedi, 02 janvier 2010 18:59)

    bonjour,
    merci infiniment à Paul Bedel pour avoir osé vivre sa vie et ses convictions et nous l'avoir racontée. J'y ai retrouvée mon enfance, la vie de mes parents, grands-parents ..., la mienne aussi. Je suis fille de paysans, issus d'une longue lignée de paysans et je viens d'offrir à ma fille qui va s'installer - objectif agriculture bio - "Testament d'un paysan en voie de disparition". J'ai toujours été fascinée, grâce entre autre à ma famille, par les savoirs paysans et passionnée par la transmission de ce savoir, de cette sagesse, de cette clairvoyance. Merci pour cette poésie qui rend hommage à tous les "besogneux" de la terre et redonne l'espoir d'un monde nouveau. J'aurais des millions de choses à échanger avec Paul, à dire sur ce sujet, sur cette vie de paysan, j'espère de tout coeur que ce sera à l'occasion d'une rencontre. Chez vous peut-être qui sait ?
    Paul, Françoise, Marie-Jeanne, vous pouvez être fier de votre vie.

    A bientôt,
    Très cordialement et paysannement vôtre
    Martine Fath

  • #12

    AC (mercredi, 16 décembre 2009 18:53)

    Votre livre chère Catherine est sûrement le 1er que j’achète de ma vie ,mais j’avais vu le téléfilm de « PAUL dans sa vie « nous avons eu la chance de le rencontrer et je voulais voir si le livre le décrivait bien-

    Nous avons rencontré Paul dans sa rue il descendait tête baissée avec sa burette (pas celle du sacristain) « bonjour Paul » un sursaut « bonjour les amis rentrez donc » et il nous raconte le tournage et ses aventures ,je lui pose un tas de questions ;doucement me dit-il je ne peux répondre qu’à une à la fois ,nous l’écoutons une heure environ et il nous sort son 3e livre d’or presque plein « tiens ,toi qui cause ben ,tu vas bien me mettre une petite bafouille !!! »il nous a conquis ,en plus j’étais émue ,il m’a rappelé mon papa ,lui aussi avait l’air simplet ,il parlait tout seul ,gestes à l’appui ,il vivait ce qu’il pensait, quand on était gamin on trouvait ça bizard mais il était comme Paul très interressé et très interressant- il était aussi grand et sec ,il était aussi très émotif-Paul m’a rapellé aussi les années 50 où mon pére fauchait son blé avec sa faux javelleuse ,après avec la faucheuse javelleuse nous mettions les liens par terre « les yans »pour que les parents posent la javelle dessus et après la moissonneuse lieuse ,j’avais 14 -15 ans et nous faisions des tas debout(des treiziots)-

    Moi aussi j’ai épousé un paysan ,pas par amour du métier car je ne l’aimais pas mais je l’ai fait du mieux que j’ai pu et le plus naturel possible ,j’ai suivi mon époux partout ,j’ai travaillé comme un homme et j’avais souvent l’impression d’être à Cayenne- nous avons eu deux enfants que j’ai vite découragés de rester et par contre j’ai été heureuse de faire vivre la vie de la ferme à mes 2 petits enfants parisiens ,il ont 20 ans maintenant mais ils ont de merveilleux souvenirs-

    Je termine là parce que si je n’arrête pas je vais aussi vous écrire un livre, je suis à la retraite maintenant ,mes petits enfants m’ont donné leur vieil ordi et je me suis passionnée pour notre généalogie ,quel passe -temps-

    Félicitations et bon courage

    Amicalement vôtre

  • #11

    Pascal (vendredi, 11 décembre 2009 22:57)

    Merci à vous Catherine d'avoir contribué à faire connaître ce personnage authentique qu'est Paul et dont la fidélité à certaines valeurs me le rend vraiment attachant.Je garde un très bon souvenir de votre passage à Rennes. Vos livres ne me quittent plus et je ne peux qu'en recommander leur lecture à tous ceux et toutes celles qui sont lassés de cette époque superficielle.
    J'étais l'autre soir en voiture en plein bouchon sur le périphérique et machinalement j'allume la radio sur RCF : interview de vos-même et de Paul, son humour, sa simplicité, sa foi. J'ai passé un moment merveilleux à vous écouter !
    Merci encore d'être cette source d'eau vive dont nous avons besoin dans la grisaille de notre quotidien.
    Pascal CABARET

  • #10

    Pascal (mardi, 20 octobre 2009 18:11)

    "Paul dans les pas du père" m'a beaucoup plu et ému. J'ai hâte de lire le "testament" de Paul... De mon petit coin de Lorraine, je vais venir visiter Beaumont-Hague et Auderville le 28 octobre. Dommage, j'aurais aimé une dédicace, mais je serai au bon endroit trois jours trop tôt...

  • #9

    Dominique (mardi, 20 octobre 2009 10:46)

    Merci Catherine,
    Merci Paul pour avoir su dire non à l'excès de modernité, aujourd'hui encore tu dénonces la fuite en avant d'une agriculture sans morale qui ne sait même plus nourrir ceux qui la fabriquent.
    A ceux qui te reprochaient « d’être au cul du temps », je réponds à ta place, qu’au moins « ton agriculture » a nourri ta famille et fait de toi un homme heureux.
    La lecture de ton livre leur fera le plus grand bien.
    A bientôt Paul, bisous à Marie Jeanne et Françoise
    Dominique

  • #8

    brunomoutard (lundi, 05 octobre 2009 11:52)

    Encore bravo, Catherine, Paul, pour ce moment de tendresse partagée avec "Le testament d'un paysan en voie de disparition".Paul?? Un homme du passé? Non, à l'évidence et définitivement non, un homme de demain. Car ce monceau de simplicité du siècle précédent n'est en fait que l'homme de demain. Nous n'avons pas le choix. Se retourner, réapprendre la vie, la respecter, la transmettre, c'est l'unique voie pour notre pauvre planète. Alors merci Paul, hommage à toi Catherine, pour les pansements que vous mettez sur nos plaies béantes: Les excès de la modernité imbécile...
    Amitiés de Bruno Moutard

  • #7

    Xavier (vendredi, 02 octobre 2009 20:33)

    C'est une belle leçon de vie.
    Je crois que Paul donne les clefs pour bâtir une belle société.
    Ce qui transparait, c'est l'honnêteté du personnage qui ne triche pas avec les gens.
    Il me donne vraiment envie de retourner à la terre, moi, le petit fils de paysan devenu ingénieur en informatique comme on devient chanteur aujourd'hui (à coup de Star Académy).
    J'ai failli. C'est triste à dire mais j'ai failli. J'étais à 2 doigts d'oublier mes racines et le sens de la vie. Pris dans le tumulte de la vie, on ne fait plus attention aux autres, aux vraies valeurs.
    On travaille pour payer des gens qui élèvent à notre place nos enfants ou qui gardent nos aînés dont on ne veut plus.
    On travaille pour pour payer nos besoins factices quand Paul faisait vivre sa famille avec une petite ferme.

    Il a fallu qu'un simple paysan vienne me mettre une claque derrière le tête en me disant :" Eh gamin tu vas où là dans la vie".

    Ah il est beau l'ingénieur avec tout son savoir de pacotille qu'il ne serait même pas capable de faire pousser correctement du blé.

    Ainsi je voudrais vous remercier.

  • #6

    Léa (mardi, 15 septembre 2009 15:37)

    Paul est vrai, juste, authentique, et ses témoignages dans le film que j'ai vu "Paul dans sa vie" m'ont émus aux larmes et m'ont rappelés mon enfance à Auderville. Magnifique. Merci Monsieur Paul et merci aussi à vos soeurs. Quelle belle région.