EN ATTENDANT BOJANGLES OLIVIER BOURDEAUT

C'est l'hiver et nos têtes qui ne sont pas toujours bien rangées (tant mieux) sont parfois un peu déprimées ... nos têtes qui pensent et qui penchent. Ce qu'il y a de mieux à faire c'est d'aller dans notre petite librairie préférée avec 15 euros 50 en poche ou sur une carte bleue (qui n'est que rarement bleue) ça tombe bien. Pour acheter le Bojangles il faut une âme un peu folle, un peu libre, un peu barrée ou carrément en folie. Se positionner sur son transat en plein moi de janvier sur sa terrasse et lire et rire.

 

Pourquoi rire et pourquoi lire ... il y a les deux dans ce livre, mais aussi du rêve, de l'éthique, de la responsabilité et de l'amour.

 

De l'amour fou comme tout amour, mais de l'amour comme dans un livre, un roman, la vie des personnages est un roman qui se joue sous les yeux d'un petit garçon qui voit et qui regarde ses parents, s'aimer jusqu'à la folie et elle n'a pas de frontières, et même si la folie est présente dès le départ. Chacun des deux tombe en abîme dans l'autre, en essayant de ne pas trop d'abîmer.

 

Les objets sont mêmes les complices de cette famille singulière.

 

Ce livre recèle du merveilleux, ré-enchante et enchante, nous évoque aussi le rapport à l'autre et aux autres, à ceux qui viennent dans des équilibres précaires prendre leur lot de bonheur, viennent voler le bonheur de ceux qui ne demandent qu'à rester libres. 

 

C'est drôle, truculent, absolument débordant et fou. Ces fous qui deviennent médiateurs et nous parlent des failles de notre société, la nôtre et celle des autres, de ceux qui en sont exclus et qui pourtant en sont les musiciens.

 

A lire vite et à rire donc, avec ce sentiment de tendresse qui le caractérise à cette heure de janvier 2016, où les politiques nous dépossèdent de l'essentiel, il y a dans ce livre comme un halo d'espérance.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0